Design : La bibliochaise

Nobody & Co a créé cette bibliothèque originale, réunissant le fauteuil et le rangement. La bibliothèque offre 5m de rangement. Le fauteuil est réalisé en chêne. Il  est assemblé à la main, pièce par pièce.

Nobody & Co vous permet de configurer toutes les finitions de votre future Bibliochaise sur leur site interactif. Vous pourrez aussi découvrir Nobody at work, toutes les phases de sa réalisation.

Nobody & Co

Publié dans Le design | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La photographie du jour

Slim Aarons, de son vrai nom George Allen Aarons – Photographe américain

« Swimmer And Sunbather »

Slim Aarons

Copyright Slim Aarons

Publié dans photographies | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Gourmandise : Guy Savoy à la Monnaie de Paris

GUY SAVOY

« Lorsqu’un jour de novembre 2009, je suis venu, guidé par un ami, visiter La Monnaie de Paris, je ne m’attendais pas à en avoir le souffle coupé ! Avec mon équipe, je cuisinerai ici en me souvenant de cette émotion et en souhaitant la faire partager, en salle, à nos convives »G.S.

Le célèbre chef Guy Savoy s’est installé le 19 mai dernier  à La Monnaie de Paris. La monnaie de Paris est un bâtiment historique du XVIIIe siècle classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le restaurant a été concu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte. L’architecte a privilégié les « volumes sombres ». Ce choix met en valeur les tables et les plats.  Les tables sont habillées de blanc. Les grandes fenêtres donnent sur la Seine, le Louvre, le Pont Neuf et l’Institut de France.

Le restaurant comprend six salons aux volumes différents, où sont installées des œuvres prêtées par François Pinault (« Pinault Collection »), font face à la Seine. En prolongement, une cuisine très vaste, baignée par la lumière du jour.  La vaisselle et les accessoires de cuisine ont été créés par le designer Bruno Moretti.   Guy Savoy a souhaité établir une continuité entre la cuisine et la salle-à-manger en mettant à disposition du convive des objets habituellement réservés au cuisinier.

Le chef Guy Savoy y sert ses grands classiquescomme la « Terrine de pamplemousse, sauce au thé »,  la « Soupe d’artichaut à la truffe noire et brioche feuilletée aux champignons et truffes », les  « Moules et mousserons, jus terre et mer »ou encore le « Millefeuille minute à la gousse de vanille ».

Parmi les nouveaux plats, des plats comme  « Enorme langoustine grillée, légèrement pimentée et navet en filet », « Selle et carré d’agneau terre et iode, petites saucisses grillées », « Rouget barbet en situation, la mer en garniture », « Autour du veau, jus classique sous la croûte »

 

Le restaurant Guy SAVOY – la Monnaie de Paris – 11, Quai de Conti – Paris 6

Publié dans Gourmandise | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Cinéma : La loi du marché, la critique

la loi du marché

Drame français de Stéphane Brizé Avec Vincent Lindon, Yves Ory, Karine de Mirbeck, Matthieu Schaller, Xavier Mathieu, Noël Mairot, Catherine Saint-Bonnet, Roland Thomin, Hakima Makoudi, Tevi Lawson, Faycal Addou, Dahmane Belghoul, Florence Herry-Leham, Agnès Millord, Irène Raccah

Synopsis : Après 20 mois de chômage, Thierry Taugourdeau, la cinquantaine, enchaine les formations sans avenirs et les rendez-vous à Pôle Emploi depuis qu’il a perdu son travail. Entre les traites de l’achat de la maison familiale et les frais de scolarités élevés de leur fils handicapé, Thierry et son épouse ne s’en sortent plus financièrement. Pris à la gorge, Thierry accepte un poste de vigile dans un supermarché. Il est bientôt confronté à des situations difficiles…

Le film à la particularité d’être tourné principalement avec des acteurs non professionnels dans leur propre rôle, des employés de supermarché. Il s’agit de la troisième collaboration entre le réalisateur et scénariste Stéphane Brizé, et Vincent Lindon, après Mademoiselle Chambon (2009) et Quelques heures de printemps (2012). La loi du marché vaut à Stéphane Brizé sa première sélection cannoise. Il s’agit de son 6e long métrage. Le film est en compétition a Cannes cette année. Vincent Lindon a recu le prix d’interprétation masculine pour le rôle de Thierry au 68è festival de cannes en 2015.  Le film est distribué par Diaphana FIlms. Il est sorti le 5 mai dernier. La bande annonce est ici 

La loi du marché est un film grave et difficile. La loi du marché est filmé comme un documentaire. C’est hyper réaliste. Le réalisateur a fait appel à des acteurs non professionnels très touchants. Vincent Lindon est d’une sincérité étonnante. Le sujet est traité d’une facon très digne. Pas de regard de voyeur, juste une réalité bien triste. Le personnage principal Thierry Taugourdeau se bat, il ne se laisse jamais faire. A la banque, au Pole emploi, à l’école pour son fils…C’est un homme simple qui semble fatiguer de se battre. Lorsqu’il obtient un emploi de vigile au supermarché, Thierry se demande si il doit tout accepter… lui-même a été abaissé, est il prêt à le faire sur les autres ? Stéphane Brizé le film au plus près. Vincent Lindon est un acteur qui dégage beaucoup de sensibilité. On ne résiste pas à sa détresse et ses combats.

La loi du marché décrit notre société. Une société difficile qui ne laisse pas de répit. Puissant et social !

Publié dans Cinéma | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Cinéma : 68è festival de Cannes, Le palmarès

Emmanuelle Bercot, Jacques Audiard et Vincent Lindon à la cérémonie de cloture du festival de cannes  © VALERY HACHE / AFP

Emmanuelle Bercot, Jacques Audiard et Vincent Lindon à la cérémonie de cloture du festival de cannes © VALERY HACHE / AFP

Le 68è festival de Cannes vient tout juste de se terminer. Les frères Coen, présidents de cette année, et leur jury ont récompensé le cinéma français. Le cinéaste Jacques Audiard a recu la palme d’or pour Dheepan. L’acteur français Vincent Lindon a reçu le prix d’interprétation masculine pour La loi du marché et l’actrice réalisatrice Emmanuelle Bercot partage pour Mon Roi le prix d’interprétation féminine avec Rooney Mara, distinguée pour Carol.

Le palmarès complet :

Palme d’Or : «Dheepan» de Jacques Audiard.

Palme d’or des courts métrages : Waves 98

Prix d’interprétation féminine ex-aequo à Rooney Mara «Carol» et Emmanuelle Bercot «Mon Roi»

Prix d’interprétation masculine à Vincent Lindon pour «La loi du marché»

Prix  de la mise en scène : Hou Hsiao-Hsien «The Assassin»

Grand Prix décerné à «Son of Saul» de Laszlo Nemes

Prix du jury.«The Lobster» de  Iorgos Lanthinos

Prix du scénario : Michel Franco pour «Chronic»

Caméra d’Or «La Tierra y la Sombra» de Cesar Augusto Acevedo

. Palme d’honneur à Agnès Varda

Publié dans Cinéma | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire