Cinéma : Même la pluie (También la lluvia)

Synopsis : Sebastian, jeune réalisateur passionné et son producteur arrivent dans le décor somptueux des montagnes boliviennes pour entamer le tournage d’un film. Les budgets de production sont serrés et Costa, le producteur, se félicite de pouvoir employer des comédiens et des figurants locaux à moindre coût. Mais bientôt le tournage est interrompu par la révolte menée par l’un des principaux figurants contre le pouvoir en place qui souhaite privatiser l’accès à l’eau courante. Costa et Sebastian se trouvent malgré eux emportés dans cette lutte pour la survie d’un peuple démuni. Ils devront choisir entre soutenir la cause de la population et la poursuite de leur propre entreprise sur laquelle ils ont tout misé. Ce combat pour la justice va bouleverser leur existence.

Film français, mexicain, espagnol de Iciar Bollain, avec Gael Garcia Bernal, Luis Tosar, Carlos Aduviri…

La réalisatrice espagnole Iciar Bollain (Ne dis rien) signe içi son cinquième film. L’action se passe en Bolivie pendant la guerre de l’eau. Sebastian, un jeune réalisateur et Costa, son producteur arrivent dans le pays pour tourner un film avec toute l’équipe espagnole. Ils commencent à recruter les habitants pour jouer dans leur film et ceci à moindre coût.  Le tournage est bientôt interrompu par un conflit qui oppose les habitants avec le pouvoir en place face à la privatisation de l’eau.  Un des principaux comédiens locaux, Daniel, est aussi le leader de la mobilisation.

L’équipe de tournage espagnole est alors confrontée à ce conflit et doit faire face aux complications qu’entrainent ce mouvement. Les tournages sont bientôt désertés, les acteurs locaux étant mobilisés par le conflit. Costa et Sebastian sont alors entrainés dans cette bataille contre leur gré. Sébastian, le cinéaste, est un idéaliste, un passionné,  il défend au début du mouvement les locaux puis devient de plus en plus égoïste et ne pense plus qu’à une chose, terminer son long métrage. Luis Tosar, le producteur, cynique, devient quant à lui plus humain face aux désespoirs des habitants.

Les deux acteurs Luis Tosar et Gabriel García Bernal sont formidables, j’ai une préférence pour Luis Tosar. La réalisatrice a travaillé avec Paul Laverty, scénariste attitré de Ken Loach. Ce film est une fiction même si le conflit a réellement existé. Le film est intéressant sur plusieurs points, la réalisatrice nous montre le cynisme de ce producteur venu en Bolivie pour tourner son long métrage à moindre coût utilisant la population. Le réalisateur prêt à tout pour terminer son film. Et puis la population pauvre, qui se bat depuis des années, subissant tous les malheurs.

La réalisatrice a choisi de filmer un film dans le film et faire ainsi le parallèlisme entre le récit raconté et la vie actuelle. Quelques scènes trop sentimentalistes mais rien de grave.

Le film reste une oeuvre à découvrir, c’est passionnant.

Ce film avait été choisi par l’Espagne pour être présenté aux Oscars.

Luis Tosar, Gabriel García Bernal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s