Cinéma : Rien à déclarer, la critique

rien-a-declarer-copier
Synopsis : 1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un belge, l’autre français, apprennent la disparition prochaine de leur poste frontière situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique. Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde) se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge.

Son collègue français, Mathias Ducatel (Dany Boon), considéré par Ruben comme son ennemi de toujours, est secrètement amoureux de sa soeur. Il surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandevoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales.

Film réalisé par Dany Boon, avec Dany Boon, Benoît Poelvoorde, Karin Viard, Bouli Lanners, François Damiens, Laurent Gamelon, Bruno Lochet, Olivier Gourmet…

3 ans après son célèbre « bienvenue chez les Ch’tis », Dany Boon réalise « rien à déclarer ». Même comédie, même humour, et toujours basé sur un duo Benoit Poelvoorde et Dany Boon, alias Ruben Vandevoorde et Mathias Ducatel. Ruben, le douanier belge,  est un excessif, déteste les français, coléreux, intolérant, incontrôlable quand il s’agit de défendre son pays. Mathias est le douanier français joué par Dany Boon, gentil garçon, amoureux de la soeur de son « rival », essaie de sympathiser avec son futur beau frère.

L’histoire nous raconte la vie d’un petit village à la frontière franco – belge, au moment ou la décision de supprimer les frontières  est appliquée. Cette décision est une catastrophe pour ce petit monde : les douaniers, le couple de restaurateurs Irène et Jacques Janus, et  le trafiquant de drogue local. Le couple de restaurateurs est joué par Karin Viard, magnifique avec ses chignons improbables, et François Damiens, en mari soumis. Le trafiquant est laurent Gourmelon et son compère, Bruno Lochet. A noter la prestation de Olivier Gourmet en curé plus vrai que nature.

Dany Boon nous sert le même menu que son film précédent, aucune prétention sauf celle de faire de la comédie. Le scénario est très très mince, une histoire de trafiquants, une petite histoire d’amour, et la « confrontation » des deux douaniers; Tout est dans la caricature :  les douaniers, le couple de restaurateurs, c’est poussé à fond.  Mais l’humour est surtout basé  les situations et le rythme que dany boon donne à son film. Dommage que l’humour soit parfois un peu trop lourd, voire grossier.  Mais bon, on s’amuse des mimiques de Benoit Poolvoerde.

« Rien à déclarer » correspond à ce que l’on attend, une comédie sans prise de tête, avec des duos de comique sympathiques.  Bon, çà reste toutefois une comédie  franchouillarde,  il ne faut pas s’attendre à de l’humour fin. on est plutôt dans le registre des gendarmes à saint tropez mais bon pourquoi pas …

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s