Cinéma : L’astragale, la critique

L'astragale

Drame français de Brigitte Sy avec Leila Bekhti, Reda Kateb, Esther Garrel, Jocelyne Desverchere, India Hair, Jean-Charles Dumay, Jean-Benoit Ugeux, Delphine Chuillot, Zimsky, Billie Blain, Louis Garrel, Stéphane Roquet, Philippe Frécon, Magali Magne, Eric Rulliat, Brigitte Sy, Eric Boulain, Yann Gael, Suzanne Huin, Guillaume Briat, Nicolas Combet, Yvonnick Chedemois

Synopsis : Une nuit d’avril 1957. Albertine, 19 ans, saute du mur de la prison où elle purge une peine pour hold-up. Dans sa chute, elle se brise l’os du pied : l’astragale. Elle est secourue par Julien, repris de justice, qui l’emmène et la cache chez une amie à Paris.Pendant qu’il mène sa vie de malfrat en province, elle réapprend à marcher dans la capitale. Julien est arrêté et emprisonné. Seule et recherchée par la police, elle se prostitue pour survivre et, de planque en planque, de rencontre en rencontre, lutte au prix de toutes les audaces pour sa fragile liberté et pour supporter la douloureuse absence de Julien…

L’Astragale est l’adaptation du roman éponyme d’Albertine Sarrazin publié en 1965. Le roman avait déjà été adapté au cinéma en 1969 avec L’Astragale par Guy Casaril avec Marlène Jobert dans le rôle principal. La relation entre le couple s’est déroulée sur une dizaine d’années. Brigitte Sy a décidé de ne traiter que la première année de leur histoire. Louis Garrel et Esther Garrel, les deux enfants de Brigitte Sy sont dans ce film. Leila Bekhti et Reda Kateb ont déjà tourné ensemble dans Le phophète. L’astragale est sorti le 8 avril 2015. Il est distribué par Alfama Films.

Le film a un peu de mal à se lancer. Mais très vite, on est charmé. Quelle belle histoire d’amour ! et quel beau portrait de femme ! Cette adaptation du roman de Albertine Sarrazin est exalté par le noir et blanc. Le titre fait référence au nom de l’os de pied que se casse Albertine lorsqu’elle s’évade. La douleur au pied n’est rien à celle qu’elle éprouve pour Julien, un amour fou. Ce portrait de femme est magnifique. Et cette histoire d’amour extraordinaire. On ne peut qu’admirer cette femme. Albertina, en fuite, doit vivre dans la clandestinité pour ne pas retourner en prison. Elle vit au gré des absences et des apparitions de Julien. Albertina n’est pas heureuse, elle se prostitue (par nécessité ? pour se punir ?), elle fume cigarette sur cigarette, boit des verres de vin rouge avidement. Albertina est seule. Elle semble forte, mais c’est une jeune femme fragile et un peu perdue. Visiblement abasourdie par l’amour fou qu’elle ressent et qui la consume. La réalisation est élégante. La caméra de Brigitte Sy est discrète et à aucun moment on ne se sent voyeur . Albertina n’est jamais jugée. La photographie est impeccable. Paris est magnifique.

Quant à l’interprétation elle est brillante. Leïla Bekhti est belle, joue tout en nuances. Elle nous charme. Réda Kateb est Julien, le truand. Réda Kateb est toujours aussi excellent. Il est tour à tour tendre et dur. Le couple qui se forme à l’écran est plus que crédible. Il est magnétique. Difficile de détacher notre regard. Esther Garrel,  vu dans 17 filles est touchante et sincère. On apercoit l’élégant Louis Garrel…

Le couple Réda Kateb et Leila Bekhti est sublimé par le noir et blanc. L’histoire d’amour est magnifique, l’héroïne émouvante. Et puis il y a Réda Kateb …

« Albertine Sarrazin est née en 1937 de parents inconnus, enfant de l’Assistance publique, est arrêtée et emprisonnée pour cambriolage. En prison elle reprend ses études et commence à écrire. À l’automne 1965, deux romans autobiographiques sont publiés: L’Astragale et La Cavale. Récit de sa vie en prison et de sa tentative d’évasion durant laquelle elle se fracture le petit os du pied appelé l’astragale. Dans son troisième roman La Traversière, elle décrit la vie d’une vendeuse. Ses livres ont du succès, elle obtient le prix des Quatre-Jurys et devient célèbre. Elle est l’incarnation de la révolte. Elle meurt d’une embolie suite à une opération chirurgicale le 10 juillet 1967. »


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s