Exposition : Jean-Baptiste Huet (1745-1811) Le plaisir de la nature

jean baptiste huet

À partir du 6 février et jusqu’au 5 juin 2016, le Musée Cognacq-Jay rend hommage au talent de Jean-Baptiste Huet, auteur prolifique d’oeuvres peintes, dessinées et gravées, en lui consacrant sa 1ère grande exposition monographique. À travers plus de 70 tableaux, oeuvres graphiques et objets décoratifs de sa main ou inspirés de ses meilleures inventions, l’exposition s’articulera autour de 3 sections thématiques présentant la richesse de l’oeuvre de Jean-Baptiste Huet, à travers la diversité des techniques et l’étendue de sa carrière.

Parcours de l’exposition 

Sur le vif (salles 1 et 2) Cette première partie de l’exposition est consacrée aux oeuvres animalières. Basées sur des espèces locales et exotiques, ces oeuvres sont le reflet d’une observation attentive de la nature et de l’animal, mais aussi de l’influence des maîtres hollandais du Siècle d’or qui initièrent dans l’art français un essor sans précédent du genre animalier. Cette section est également dévolue à l’étude de plantes, représentée essentiellement par des sanguines, saisissantes par leur finesse et leur monumentalité.

Au bonheur des bergers (salle 3) Au coeur de cette section, les images pastorales ; badinages amoureux, flâneries campagnardes ou occupations journalières sont ici présentées. Ces dernières, nourries par l’exemple de la peinture italienne et flamande de la Renaissance ou de la période baroque mais aussi de François Boucher, renvoient autant à une lecture idéalisée de la vie rustique, qu’à une reprise laïque du thème chrétien de la Fuite en Égypte. Ses paysages évoquent aussi la quiétude supposée des campagnes, à travers une vision contemplative de l’environnement sauvage.

Décors au naturel (salle 4) La production décorative a assuré la pérennité et le succès des motifs créés par Huet. Ses gravures et dessins d’ornement se rapportent à des toiles de Jouy et tapisseries bien connues comme des éléments de mobilier restés à l’état de projets. Le répertoire de Huet dans ce domaine se rapporte aussi bien à l’art rocaille finissant qu’au répertoire antique remis à l’honneur, témoignant de l’inventivité renouvelée de l’artiste et sa sensibilité aux différents courants de l’art de la fin du XVIIIe siècle.

Musée Cognacq-Jay 8, rue Elzevir – 75 003 Paris

Illustration : Un dogue se jetant sur des oies, vers 1768-1769, huile sur toile, Paris, musée du Louvre, département des Peintures © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s