Cinéma : Primaire, la critique

primaire-copier

Film francais réalisé par Hélène Angel avec Sara Forestier, Vincent Elbaz, Patrick d’Assumçao, Olivia Côte, Denis Sebbah, Guilaine Londez, Lucie Desclozeaux,  Frédéric Boismoreau, Ghillas Bendjoudi, Albert Cousi, Hannah Brunt, Anne Bouvier, Antoine Gouy, Eric Bougnon, Florence Foux, Vincent Joncquez, Nabiha Akkari,  Laure Calamy, Hervé Caullery

Synopsis :  Florence, une institutrice passionnée a l’énergie et la foi de ses 30 ans et fait avec les moyens du bord pour mener au mieux ses élèves de CM2 jusqu’à la sixième. Entre le désir de son fils Denis, dans sa classe cette année, de partir vivre avec son père, Sacha un élève que sa mère néglige totalement et toutes les autres situations auxquelles sont confrontés ses élèves, Florence va vivre une année charnière

Primaire  est sorti 4 janvier 2017. il est distribué par StudioCanal. Les infos et la Bande annonce sont ici

La critique :

Primaire suit l’année scolaire de Florence, institutrice de CM2 très investie dans son travail, trop. Quand elle comprend les problèmes du jeune Sacha, elle sacrifie tout pour lui venir en aide, son fils, et elle-même.

Le film oscille entre comédie dramatique et réalité. On s’émeut de voir tous ces enfants grandir, apprendre . Toute l’action se passe (pratiquement) à l’école, en huit clos.La caméra tourne autour des enfants dans la classe, dans la cour, s’arrête sur les visages. La réalisatrice filme l’espièglerie, les inquiétudes, les bagarres, les scéances d’études et de classe.  Au montage, elle a mélangé les scènes écrites et les scènes d’improvisation avec les enfants lors des répétitions. Cela donne une vraie spontaniété au film. La  réalisatrice nous parle des obstacles de l’apprentissage,  de l’intégration des élèves handicapés, et de la maltraitance à travers le jeune Sacha. Tout ceci est abordé avec beaucoup de rigueur.   On est touchés.  Ce sont des choses que l’on a vécu nous-mêmes et nos enfants. Le film est plutot bien rythmé meme si il y a parfois  quelques faiblesses narratives .

Florence est une femme passionnée et passionnelle. Elle aime, déteste, gronde, s’attache, se met en colère, proteste, apprend, et transmet. Le portrait est beau. La jeune professeure des écoles se dévoue pour son métier.  Florence vit en parallèle un divorce difficile. Submergée par ses émotions  elle oublie de vivre. Cette vie, presque cloitrée, dans l’école lui permet de ne pas « vivre » et de combler son manque d’amour.

L’expérience qu’elle va traverser avec Sacha va la faire changer. Elle sait désormais qu’elle ne peut pas sauver le monde. Qu’il lui faut accepter certaines choses, sans renoncer pour autant à poursuivre son métier qu’elle fait par vocation.  Et sa rencontre avec Mathieu, beau-père de substitution, va participer à ce changement

Sara Forestier est Florence. Le rôle est fait pour Sara Forestier, jeune femme exaltée et très naturel. Elle donne à Florence une belle énergie et une très belle sensibilité. Vincent Elbaz est Mathieu. Le personnage est plus léger, il aborde la vie d’une autre facon. Vincent prend la vie comme elle vient. Les scènes entre les deux personnages amènent un peu de douceur à l’ensemble

Primaire est un beau portrait de femme et un joli hommage au corps enseignant et à l’humain. L’histoire, comme le film,  est simple et généreuse.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s