Exposition : Un minuit que jamais le regard, là, ne trouble au Collège des Bernardins

Collège des Bernardins

Edgar Sarin est le cinquième artiste programmé par Gaël Charbau, commissaire invité au Collège des Bernardins. Edgar Sarin propose une expérience sensible et inédite structurée autour de seize interventions de l’artiste dans l’espace d’expositionUn minuit que jamais le regard, là, ne trouble

Après avoir mis en scène dans l’ancienne sacristie un « espace essentiel » composé de sculptures, Edgar Sarin reviendra chaque semaine, même jour, même heure, s’y enfermer avec un échantillon de population qu’il aura sélectionnées, afin de jouer à huis clos ce qu’il nomme les minuits : des chorégraphies ritualisées liant des êtres, des sculptures et de la musique. Ces minuits – que jamais le regard, là, ne trouble – se feront portes closes, isolées des spectateurs

Chaque semaine, ces derniers pourront ainsi découvrir les traces successives laissées par les minuits, sentir la chaleur des corps et de leur mécanique captée et restituée par l’ancienne sacristie. C’est en le laissant libre d’imaginer qu’Edgar Sarin permet à son public de s’approprier son oeuvre et au-delà, de la prolonger ; certains paramètres de sa création resteront donc inaccessibles afin de favoriser un mouvement de spéculation — d’appropriation — susceptible de compléter intimement l’oeuvre.

Du 31 mars au 20 juillet 2017 au Collège des Bernardins – 20 rue de Poissy – 75005 Paris

A propos d’Edgar Sarin : Edgar Sarin est né à Marseille en 1989. Il suit un cursus d’ingénieur et ce ne sera qu’une fois diplômé, en 2013, qu’il commencera à s’assumer entièrement comme créateur. Sa pratique consiste à créer des images puis les soustraire au spectateur, mettant donc en scène une latence entre la possibilité d’une image et son obtention. Selon Edgar Sarin, l’oeuvre est là, lorsque le spectateur est confronté à un objet que ses sens ne peuvent atteindre ; créant ainsi chez ce dernier un mouvement de spéculation mentale et de rationalisation de l’inconnu. La manière dont Edgar Sarin organise son travail est assez unique et se rapproche de la notion de Gesamtkunstwerk. Utilisant l’exposition comme un médium en lui-même, chacune de ses entreprises publiques est orchestrée afin que le spectateur découvre l’oeuvre comme l’archéologue découvre un joyau ancien. En septembre 2014, il lance l’Antichambre de la Substance Rayonnante, parution contemporaine sur papier journal qu’il dirigera jusqu’en 2016. En octobre 2015, Edgar Sarin présente la première exposition de sa société de réflexion par l’exposition Cercle de La Horla, Des Absents, expérimentation collective regroupant les oeuvres de neufs artistes dont Gaspard Maîtrepierre, Pierre Huygue et le jeune dissident Ryan H. Il est le lauréat de la Bourse Emerige 2016 et pré- pare ses premières expositions personnelles dans deux galeries à rayonnement international, Konrad Fischer Galerie, Berlin et Michel Rein, Paris

A propos du Collège des Bernardins : Situé en plein coeur du 5e arrondissement, le Collège des Bernardins est un joyau de l’architecture cistercienne qui invite à la rencontre et au dialogue. Ouvert à tous, il propose un large éventail d’activités dans les domaines intellectuel, culturel et spirituel. Tout au long de l’année, formations, débats, séminaires de recherche et création artistique se répondent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s