Cités millénaires Voyage virtuel De Palmyre à Mossoul, la nouvelle exposition de l’Institut du Monde Arabe

Aujourd’hui menacés, endommagés, pillés ou détruits, quatre sites majeurs dont certains classés au patrimoine mondial de l’UNESCO – Palmyre et Alep (Syrie), Mossoul (Irak) et Leptis Magna (Libye) – se dévoilent et renaissent dans une mise en scène immersive spectaculaire à l’Institut du monde arabe à partir du 10 octobre 2018.

Grâce aux technologies de numérisation les plus en pointe, l’exposition offre aux visiteurs un voyage au coeur des richesses architecturales des villes de Mossoul et d’Alep ainsi que des prestigieux sites archéologiques de Palmyre et de Leptis Magna, symboles du patrimoine mondial de l’humanité et de l’histoire multiculturelle des civilisations du Proche-Orient.

Conçue en collaboration avec la start-up Iconem et Ubisoft, leader mondial du divertissement, et en partenariat avec l’UNESCO, l’exposition allie projections géantes, dont certaines à 360°; expériences de réalité virtuelle ; documents et images d’archives ; mais aussi vidéos et témoignages des populations sur place.

En faisant revivre ces cités millénaires par la magie du numérique, l’Institut du monde arabe entend sensibiliser le plus large public aux enjeux cruciaux de la préservation et de la réhabilitation du patrimoine.

L’exposition propose au visiteur, grâce à des projections géantes, de découvrir l’état actuel des sites, mais aussi de remonter dans le temps par une reconstitution virtuelle en très haute définition des édifices, des habitations ou des vestiges archéologiques. Le visiteur a ainsi la sensation de déambuler dans ces sites, comme s’il y était. Dans chaque espace, le visiteur a également accès à des informations, témoignages et textes qui lui permettent de comprendre l’histoire millénaire de ces cités et les tourments de leur passé récent. L’accent est en particulier mis sur la parole de celles et ceux qui ont œuvré sans relâche pour protéger ces trésors architecturaux et ces lieux de vie.

UN PATRIMOINE UNIVERSEL EXCEPTIONNEL, QUI DOIT ETRE PROTÉGÉ

La protection du patrimoine dans ces sites sensibles est d’une importance majeure : il s’agit à la fois de préserver une richesse architecturale et archéologique unique, mais aussi d’évoquer ces cités comme lieux de vie, dont la résilience force l’admiration. Le choix des quatre cités – Palmyre, Alep, Mossoul, Leptis Magna – permet de plonger au cœur de civilisations brillantes (Perses, Grecs, Romains, Arabes etc…), et de prendre conscience de leur diversité. Il permet également de décrire des contextes géopolitiques contemporains très différents.

PALMYRE : surnommée la « Perle du désert », Palmyre est l’un des foyers culturels les plus importants du monde antique. Les lourdes destructions qui y ont été perpétrées par Daech ont été largement médiatisées. La réhabilitation de ce site gréco-romain mythique par le biais des technologies numériques permet au visiteur de prendre conscience de son extraordinaire beauté, en particulier le temple de Baalshamîn, mais aussi des tours funéraires et de la tombe hypogée, dite « tombeau des trois frères ».

ALEP : considérée comme l’une des cités les plus importantes de la région au plan culturel et économique, Alep porte l’empreinte de la succession des empires musulmans, des Omeyyades aux Ottomans, et abrite de véritables bijoux d’architecture. Ses souks, mais aussi sa grande mosquée, sont au cœur d’une déambulation pour découvrir non pas un site archéologique mais toute une zone urbaine, au patrimoine inégalé. – MOSSOUL : chef-lieu de la province de Ninive, au nord de Bagdad, Mossoul est une ville historiquement multiconfessionnelle, où se croisent musulmans, chrétiens, yézidis, juifs. Ce brassage de populations et de religions a produit une richesse architecturale formidable dans toute la ville. Le visiteur peut voyager dans la vieille ville, à la découverte de la grande mosquée al-Nouri au minaret penché ou de la tombe du prophète Jonas : un parcours dans cette cité millénaire reprise en 2017 à l’Etat islamique.

LEPTIS MAGNA : surnommée « la Rome africaine », Leptis Magna est le seul des quatre sites choisis n’ayant pas subi de destructions malgré le conflit qui secoue la Libye depuis 2011. Cette ancienne cité romaine parmi les mieux conservées, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco, concentre des vestiges architecturaux exceptionnels : temples, basiliques, forum, amphithéâtre, thermes… L’exposition est conçue comme un manifeste pour la défense de ces cités extraordinaires, et plus généralement pour la préservation du patrimoine partout dans le monde. Aux menaces qui pèsent sur ces sites, nous opposons la beauté d’un voyage magique en leur cœur. Aux destructions, nous répondons par des renaissances numériques, comme autant de messages d’espoir pour la résurrection de ces cités millénaires

IMA – Du 10 octobre 2018 au 10 février 2019 -1 rue des Fossés Saint-Bernard
75005 Paris
Métro : Ligne 7, Jussieu
Ligne 10, Cardinal Lemoine
Bus : Lignes 24, 63, 67, 86, 87, 89

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s