Plein Cadre, Les Nouvelles Rencontres-débats du Musée national de l’histoire de l’immigration

Fidèle à son objectif de diffusion des connaissances, le Musée national de l’histoire de l’immigration propose avec ses partenaires un cycle de rencontres-débats autour des grandes questions qui traversent notre société. Alors que les mouvements migratoires contemporains cristallisent les débats à l’échelle mondiale, le cycle Plein cadre invite à la réflexion et au décryptage des réalités migratoires et post-migratoires à travers les enjeux politiques, sociétaux ou encore éthiques.
Sous la direction de l’historien Benjamin Stora, président du conseil d’orientation du Palais de la Porte Dorée, universitaires, membres de la société civile et journalistes se succèdent pour décrypter ces questions brûlantes de l’actualité en proposant une approche pluridisciplinaire

« Il faut laisser la possibilité la plus large aux citoyens et associations de prononcer leur point de vue et combattre les fantasmes et les stéréotypes. »
Benjamin Stora

Mardi 25 septembre : La gauche et l’immigration : quel bilan ?
En partenariat avec la Fondation Jean Jaurès
Auditorium Philippe Dewitte I 19h-20h30
Quels rapports la gauche et, plus particulièrement, le Parti socialiste entretiennent-ils avec l’immigration ? Comment comprendre l’évolution idéologique et politique des associations antiracistes des années 1980 à aujourd’hui ? Comment la gauche peut-elle de nouveau tenir un discours audible et utile pour les étrangers de France ?
Invités :
– Henri Weber, homme politique.
– Chloé Morin, Directrice de l’observatoire de l’opinion à la Fondation Jean Jaurès.
– Benjamin Stora, historien.
– Ahmed Boubekeur, sociologue.
– Salah Amokrane, militant associatif.
Animé par Renaud Dély, journaliste (France Info, Arte).

Mardi 23 octobre : Hospitalité, entre éthique et politique
En partenariat avec la revue Esprit.
Auditorium Philippe Dewitte I 19h-20h30
L’hospitalité est-elle d’abord une valeur qui engage l’adhésion subjective de chacun, ou un principe qui fonde la possibilité d’une action et conduit à développer une véritable politique de l’accueil ?
Tandis que les Etats se dérobent à leurs obligations en matière d’asile, on voit aujourd’hui se multiplier les pratiques privées de l’hospitalité, mais aussi les réactions de peur, d’indifférence ou de rejet. Face aux questions que soulève la venue de l’étranger dans nos sociétés aujourd’hui, que peut-on dire des dilemmes de l’hospitalité ?
Invités :
– Isabelle Alfandary, présidente du Collège international de philosophie.
– Guillaume Le Blanc, professeur de philosophie, université Paris-Est-Créteil.
– Magali Bessone, professeure de philosophie politique université Rennes-1.
Animé par Anne-Lorraine Bujon de l’Estang, rédactrice en chef de la revue Esprit.

Mardi 27 novembre : Migrations en Méditerranée :
le naufrage de la solidarité ?
En partenariat avec l’Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient (iReMMO).
Auditorium Philippe Dewitte I 19h-20h30
Si le secours aux naufragés des routes migratoires est un devoir en mer Méditerranée comme ailleurs, leur accueil sur la terre ferme est devenu l’un des enjeux géopolitiques et humains majeurs de l’Europe. La disparité des réactions des pays européens tend à renvoyer aux acteurs humanitaires toute la charge du sauvetage et du soin. À l’échelle méditerranéenne, l’hospitalité dépend ainsi en plus en plus de la mobilisation des sociétés civiles et des organisations non gouvernementales.
Dans ce contexte, la mare nostrum, mer de rencontres des cultures humaines, serait-elle devenue le centre contemporain de l’exclusion et du rejet ?
Invités :
– Marine de Haas, responsable des questions européennes à la Cimade.
– Catherine Wihtol de Wenden, politologue, directrice de recherche au Cnrs.
– Etienne Balibar, philosophe (sous réserve).
– Sophie Beau, co-fondatrice et directrice générale de SOS Méditerranée (sous réserve)

Mercredi 5 décembre :Abdelmalek Sayad, le parcours d’une pensée
De son poste d’instituteur dans la Casbah d’Alger, en pleine guerre d’Algérie, à son entrée au CNRS à Paris en tant que directeur de recherche en sociologie, comment le parcours biographique d’Abdelmalek Sayad a-t-il contribué à construire sa pensée ? Sa trajectoire de vie entre l’Algérie et la France aurait-elle servi de premier laboratoire à ses questionnements ? Quel est le creuset de cette pensée en mouvement qui, loin de tout système, a révolutionné la recherche en sociologie de
l’immigration ?
– Amin Perez, membre de l’Institute for Advanced Study (Princeton),
chercheur postdoctoral, Emory University.
– Tassadit Yacinen, anthropologue, directrice d’études à l’Ehess (sous réserve).
– Raoul Weexsteen, géographe, ancien directeur de recherche au CNRS (sous réserve).
– Stéphane Beaud, professeur de sociologie à l’université Paris-X Nanterre (sous réserve)

293, avenue Daumesnil – 75012 Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s