J’ai vu Pupille, le film de Jeanne Héry en avant première

Pupille  est un drame français réalisé par Jeanne Herry avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche, Élodie Bouchez, Miou-Miou, Olivia Côte, Stéfi Celma, Youssef Hadji

Synopsis : Théo est remis à l’adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C’est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision…ou pas. Les services de l’aide sociale à l’enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s’occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d’incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s’appelle Alice et cela fait dix ans qu’elle se bat pour avoir un enfant. PUPILLE est l’histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois.

Pupille a été présenté au Festival francophone d’Angoulême. Le film sort le 5 décembre 2018 (1 h 55). Il est distribué par StudioCanal.

Pupille est un film magnifique. Un film sur l’amour, sur l’adoption. La réalisatrice a pris le parti de faire des plans très serrés sur les personnages et leurs gestes. Un peu déroutant au début, on se rend vite compte que cela sert le film. Les sentiments sont décuplés. Le film est sensible, intelligent. La réalisatrice ne fait jamais dans le pathos. Jeanne Herry a choisi de tout montrer y compris les difficultés administratives (à la manière d’un documentaire) .

Le récit raconte le parcours difficile des familles à l’adoption. Et, en parallèle, la vie des parents accueillants, du personnel chargé de confier un enfant à une famille.

On y découvre la difficulté et le quotidien des services sociaux, le calvaire des familles d’accueil, l’accompagnement faite à une mère souhaitant abandonner son bébé

La réalisatrice est méthodique. Pupille raconte le parcours d’un bébé, de sa mère enceinte à sa mère adoptive. Le film est tour à tour émouvant, sensible, drôle, touchant.

Le casting est, en grande partie, la réussite de ce film. En premier plan, Elodie Bouchez est magnifique. Elle incarne une femme dans son dur parcours à l’adoption. Elle est magnifique de naturel et très touchante. Gilles Lellouche est le père de substitution. Un rôle à contre emploi, sobre.  La famille d’accueil du bébé en attendant de le confier à une famille adoptante. Sandrine Kiberlain travaille au service de l’enfance. Elle incarne une femme un peu « perdue » mais toujours soucieuse du bien être des enfants.

Pupille est un film humain, sensible. Le récit est le parcours très compliqué de l’adoption. Juste et simple.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s